Depuis début avril 2018, je suis en train de reprendre le chantier des textes des années 1920 que Karl Polanyi voulait écrire, et qu’il a laissé à l’état de brouillon.

Archives concernées

Ce ou ces textes concerne(nt) les archives 01/53, 02/01, 02/02, 02/03, 02/04, 02/05, 02/06, 02/07 et 02/08. On peut les voir sur la page synoptique que j’ai créée : German Draft Manuscript Fragments (1919-1922).

S’ajoute peut-être 03/08, avec le brouillon sur le Marxisme et le travail intellectuel, même si ce dernier parait former un tout autonome.

Ce premier bloc d’archives, qui doivent être des années 1919-1922, paraît différents des archives 03/01 et 03/02 sur le problème de la vision d’ensemble dans une communauté socialiste [“Das Übersichtsproblem”], problématique qui me paraît enchâssée entre celle de « La comptabilité socialiste » [1922, 02/13]  et une réflexion plus autrichienne – en compagnie de Felix Schafer  entre 1924 (début de la tenue du séminaire privé de la Vorgartenstrasse) et 1932 (date à laquelle Polanyi s’intéresse aux manuscrits inédits du jeune Marx et laisse de côté ses lectures autrichiennes). On peut consulter la page récapitulant les activités de Karl Polanyi en Autriche pour voir cette hypothèse d’une partition de cette période en quatre sous-période où

  1. 1919-1922 : Polanyi veut écrire des texte de théorie sociologique
  2. 1922-1926 : il veut développer un modèle de socialisme de guilde pour répondre à Ludwig von Mises via une position socialiste
  3. 1927-1931 : il se concentre sur le paradigme autrichien (C. Menger, E. Böhm-Bawerk, F. von Wieser, H. Mayer) pour répondre à Mises sur son propre terrain épistémologique
  4. 1932-1933 : il se rue sur la publication des textes de jeunesse de Marx et commence à développer une sociologie chrétienne, jusqu’en 1944 environ et la parution de La grande transformation.

Il y a aussi d’autres brouillons en allemand de la période viennoise :

Ce dernier pose question puisqu’il y a une incohérence dans l’archive 02/16, qui date à 1927 le texte alors que la première page de l’archive dit que le texte a été écrit en 1921-1922 au Helmstreitmühle, pension où vivait Polanyi au début des années 1920 avant de s’installer à la Vorgartenstrasse avec sa femme, en 1923. Si cette deuxième mention est vraie alors « Est-ce que le socialisme est une vision du monde ? » serait contemporain des brouillons / manuscrits en allemand de ces années-là.

Enfin, il y a un dernier document, Pure Economic Theory [02/22], qui fait problème tant sur le fond de ce qu’y dit Polanyi que dans le fait qu’il soit écrit en anglais, et que j’ai traité à part dans le billet « Comment dater le texte “Pure Economic Theory” ».

S’ajoutent à ces brouillons de textes, des documents de travail listés sur la page matériel de travail du Wiki :

  • des notes sur la médecine et alchimie [02/08, 02/11, 46/031]
  • un cahier de notes sur Quesnay [02/24]
  • un cahier de notes de lectures sur la théologie, le communisme ou le Marxisme [04/09]
  • un cahier de notes de lecture d’un livre non-identifié en allemand [05/02, 1-27]
  • un cahier de notes de lectures sur Schumpeter, Les Lumières françaises, Weber, Oppenheimer ou Tönnies (1) [04/10]
  • un cahier de notes de lectures sur Tönnies (2) et Lederer [05/01, 137-218]
  • un cahier de notes de lectures sur un livre en allemand encore non-identifié [04/11]
  • un cahier de notes sur la vision d’ensemble [“Das Übersichtsproblem”] [05/01, 1-68]

A tout cela il faut rajouter les souvenirs de Felix Schafer en allemand [1964-1966], en anglais [1973-1974] et la correspondance de Felix Schafer [1964-1978] avec Ilona Duczyńska et Kari Polanyi-Levitt2, qui permettent de dater ces brouillons de la période autrichienne grâce à la référence des sujets qui les intéressaient, et qui notamment permettent de savoir que dans le séminaire de Polanyi, c’était surtout les Autrichiens qui étaient passés au crible de leurs analyses.

Texte(s) concerné(s) par ces années 1919-1922

On trouve dans différentes sources, les mentions de trois textes possibles :

  1. Gegen die wissenschaftliche Politik”, dont Gareth Dale dit [Dale 2016, 64] que Polanyi devenait plus confiant dans l’idée que son manuscrit serait rapidement publiable, en 1920 puisqu’il pouvait y consacrer plusieurs mois de travail, alors en convalescence dans la pension alpine de Semmering et à Reichenau, ou dans son logement à Vienne, qui était ‘très confortable’.
  2. Behemoth”, que citent tant M. Mendell et K. Polanyi-Levitt que Gregory Baum [Baum 1996, 20-24] ou Ana Gomez3, même si je n’ai pas retrouvé où ils avaient trouvé ce nom[Note]Sur ce sujet, voir « D’où vient le nom “Behemoth” pour les manuscrits de 1919-1922 ? »[/note], ce texte pourrait aussi comprendre les notes concernant des médecins-alchimistes, soit une approche plus ésotérique.
  3. „Die Lehre vom Lebensweg », cité par Gregory Baum : “dans un court manuscrit non-achevé de la même période appelé « Die Lehre vom Lebensweg, » Polanyi explorait sa propre compréhension éthique de l’existence  humaine. » [Baum 1996, 23].

Il faut ajouter à ces trois mentions, deux textes publiés par C. Thomasberger et M. Cangiani :

  1. Die Wissenschaft von der Zukunft 
  2. Wissenschaft und Sittlichkeit + Sein und Denken

Concernant le texte que mentionne Baum, „Die Lehre vom Lebensweg“, l’avant-propos contenu dans l’archive 02/01 commençant par « Par la science du choix de vie, nous entendrons la science morale de la vie des hommes » [„Unter der Lehre vom Lebensweg verstehen wir die sittliche Lehre vom Leben des Menschen“], je pense que c’est à ce texte qu’il voulait se référer, et je considère ainsi que „Die Lehre vom Lebensweg“ n’est qu’un sous-ensemble du texte composé de l’ensemble des brouillons composé par les archives allant de 01/53 à 02/07. Je l’élimine donc.

En revanche, l’ensemble des textes qui contiennent des références à la science [„Wissenschaft“]  dans les archives 01/53, 02/01, 02/02, 02/03, 02/04, 02/05 et 02/07, me paraissent bien former un tout et correspondre au “Gegen die wissenschaftliche Politik” identifié par Gareth Dale. Je pense donc a priori, avant d’avoir lu tous les bouts de texte(s), que ce que Michele Cangiani et Claus Thomasberger ont publié sous les noms “Die Wissenschaft von der Zukunft”, “Sein und Denken” ou “Wissenschaft und Sittlichkeit” sont des sous-parties d’un ensemble plus grand, qui n’ont pas d’autonomie.4

L’ensemble de ces hypothèses permettront de proposer des hypothèses de plan, déterminées tant à partir des paginations de Polanyi que des thèmes traités. Un même pièce de puzzle pourra donc être utilisée dans plusieurs plans, sachant que Polanyi a peut-être voulu les intégrer dans plusieurs versions  d’un même projet changeant de nom.

Méthode de travail

Concernant la méthode de travaile, il faut tout d’abord oublier tout ce qui a été publié jusqu’ici et ne pas dépendre des interprétation des éditeurs précédents. J’en avais déjà touché un mot à Claus Thomasberger au sujet du nom “Ist Sozialismus eine Weltanschauung?” que je préfère à “Über die Freiheit”, choisi par lui et Michele Cangiani en 2005. Là, il s’agit d’aller plus loin et de voir si ce qui les textes qui ont été présentés comme des textes à part entière (Die Wissenschaft von der Zukunft, Sein und Denken ou Wissenschaft und Sittlichkeit, toujours dans Polanyi 2005) n’étaient pas des parties d’un texte plus vaste.

Exemple d’incohérence en 02/02, 43-48

Une fois cette table rase effectuée, il me faut dégager des bouts cohérents de textes comme autant de pièces de puzzle à faire entrer dans un ou des textes. Pour ce, grâce à Adobe Acrobat Pro, j’ai commencé à reprendre ces archives pour les remodeler. J’ai notamment pu séparer les pages manuscrites des pages de retranscriptions, mélangées dans les AKP, en deux ensembles différents. Ensuite, j’ai pu enlever tout ce qui était manifestement incohérent, comme, par exemple, ces pages de retranscriptions en 02/02 ou entre les pages 44 et 48 de l’archive, numérotée 8 et 9 par la transcription, s’enchâssent trois feuilles plus sombres qui n’ont rien à voir. J’ai ainsi mes propres PDF expurgés des erreurs et peux mieux visualiser le tout.

J’ai créé aujourd’hui-même, 2 avril 2018, une page synoptique listant les différents fragments concernés, avec leur localisation dans la classification des archives par l’IKP, et la ou les numérotation(s) des pages apposée(s) par Karl Polanyi sur les manuscrits. Les paginations sont listées dans des colonnes de droite où, en les triant par numéro, on peut retrouver la série et redistribuer différemment les bouts cohérents (les pièces) du puzzle. Quand il se trouve plusieurs paginations sur la même page, on peut donc simplement penser que Polanyi a changé d’avis et a redistribué ces pages, sans, encore une fois, qu’on sache si c’était dans le cadre d’un seul texte ou après division de son projet en plusieurs…

De là, sur chaque page de potentiel texte créée, en collant les bouts tapés et publiés sur les pages des archives concernées, je pourrai dans un deuxième temps essayer de reconstituer un texte possible, tel que Polanyi l’avait un moment pensé.

Hormis ce travail sur les indices matériels que laissent les archives, je vais aussi essayer de recenser les thèmes originaux qu’on trouve dans ces bouts du puzzle pour trouver des correspondance entre eux. Par exemple, l’idée de double morale [„Doppelte moral“]. Grâce au travail fastidieux et ingrat de retranscription des textes en version numérique, on peut ensuite utiliser le moteur de recherche du Wiki et voir où apparaissent ces thèmes. Ici, dans cet exemple, on voit que „Doppelte Moral“ apparait seulement en 02/01 et 02/03.

Comme je ne travaille plus à temps complet sur le projet Polanyi, j’espère avoir terminé en juillet 2018 pour éventuellement en discuter avec des professeurs en Europe !

Photo d’entête : “Puzzle pieces” par Liza.

Notes

 

  1. Puisque j’ai établi qu’il s’agit de notes de Karl Polanyi et non Michael.
  2. Peu de choses du côté de Polanyi lui-même, en revanche.
  3. « Le ‘Behemoth’ [01/53, 02/01, 02/02 and 02/03] était écrit en allemand par Polanyi pendant qu’il était en convalescence et récupérant encore des horreurs du front russe. C’est un voyage à la découverte des origines de la souffrance humaine, un thème qu’on retrouvait aussi dans son discours sur les fondations éthiques de la pensée humaine et de ses actions. » [Gomez 2008, §13]
  4. L’hypothèse formulée sur le billet « D’où vient le nom “Behemoth” pour les manuscrits de 1919-1922 ? » de deux textes, un ésotérique, “Behemoth”, et un autre exotérique, “Gegen…”, étant loin d’être assurée, il peut aussi s’agir du même ensemble que Polanyi aurait appelé par deux noms provisoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *