Il y a peu d’écrits attestant des liens intellectuels entre Rudolf Steiner et Karl Polanyi. János Gyurgyák évoque, dans son article “Karl Polanyi, Ozkar Jászi, at the Bécsi Magyar Újság” [2000, 320], qu’entre 1921 et 1924, certaines influences plus anciennes comme Tolstoï, Spengler et Steiner, continuaient à l’inspirer et cite une lettre écrite à Oszkár Jászi, le 7 janvier 1920, attestant qu’il lisait Steiner et semblait s’y intéresser fortement. Gyurgyák écrit ainsi que, pour Polanyi, « Steiner avait découvert la vraie représentation de la vie des sociétés humaines : la relative indépendance des fonctions de l’organisme et la nécessité d’unité et d’harmonie de ces fonctions » 1, ceci ayant été développé dans l’article « Est-il possible d’aider la Russie ? » [“Lehet-e Oroszországon segíteni?”] publié dans un certain journal Medvetanc dont j’ignore tout, en 1921. Malheureusement cet article ne se trouve pas dans les Archives de Karl Polanyi, où en revanche, se trouve un autre, en plusieurs parties, (presque) avec le même titre, mais publié dans le Bécsi Magyar Újsag en 1922. On pourrait croire qu’il puisse s’agir de deux versions du même article, mais, si la définition de l’archive numérisée est très mauvaise, il est tout de même possible de constater qu’il parle de John Maynard Keynes et de Lénine, sans évoquer Steiner. Je ne sais donc pas où János Gyurgyák a trouvé l’article de Polanyi qu’il cite.

Le 11 juin 1922, il publie un article en hongrois, “Az antropozófusok” (« Les Anthroposophes ») que j’ai trouvé dans les archives, mais qu’il faudrait taper et traduire pour savoir ce qu’il dit d’eux…

Il y a ensuite, douze ans plus tard, l’article publié en anglais dans New Britain : « L’économie selon Rudolf Steiner » [1934]. Entre les deux, plus aucune trace de lecture de Steiner par Polanyi, alors que les deux ont de nombreux points communs, tant sur l’éclectisme de leurs intérêts (avec en commun la médecine, l’éducation et les peuples anciens), qu’en politique (la tripartition fonctionnelle et le socialisme de guilde) ou encore dans leur façon de lire les Evangiles et de penser la figure de Jésus, même si Polanyi se cantonne à celui-ci2 et n’évoque jamais les autres éléments multiples et variés qui composent la théologie syncrétique de Steiner.

Quiconque s’est intéressé à la pensée de Rudolf Steiner comme je le fais actuellement, sait dans quel labyrinthe de conférences sur des sujets variés, il faut se perdre – même s’il semble tout de même cohérent dans sa vision. Or, dans son article, Polanyi ne cite jamais un seul texte ni ne propose de bibliographie de ceux qu’il a pris en compte pour résumer les idées économiques de Steiner, comme on le lui a demandé. Il aurait été intéressant de voir, ainsi, dans chaque texte, ce qu’il en a retenu et ce qu’il a écarté, et surtout comment il a pu désencastrer la pensée économique de Steiner de son tout, alors qu’elle est comprise dans une pensée où chaque niveau, du microcosme au macrocosme, de la physiologie à théologie en passant par l’Histoire et l’occulte, influe sur les autres.

C’est ainsi gênant de ne pas savoir quels textes de Steiner, Polanyi a lu dans les années 1919-1922, car j’aurais voulu pouvoir comparer ce que dit le premier dans les mêmes années sur le socialisme de guilde et comparer le modèle polanyien de comptabilité socialiste de 1922, pour voir ce qu’il pourrait y avoir de steinerien, ou au contraire s’opposant à Steiner, dans celui-ci. Dans son article de 1922 sur le socialisme de guilde, par exemple, Polanyi ne cite pas Steiner mais G.D.H. Cole ; il resterait encore à voir les relations exactes entre Steiner et la Société Fabienne, au-delà de son appartenance à la Société théosophique jusqu’à la fin 1912, Annie Besant, à la tête de cette société étant, elle, comme socialiste, proche de la société Fabienne. Ainsi, citer Steiner ou Cole revient sans doute au même, au niveau politique du moins. Sachant que Franz Oppenheimer était alors une autre source d’influence pour le Hongrois exilé à Vienne, il se pourrait qu’il faille aussi chercher de ce côté pour comprendre l’attrait pour le socialisme de guilde chez Polanyi.

Il est aussi difficile de savoir quels textes de Steiner circulaient alors et quels textes restaient inaccessibles pour Polanyi à Vienne ; ou, s’il les connaissait, pouvoir en tirer quelques hypothèses sur ses fréquentations et réseaux lui ayant permis d’en prendre connaissance.

Pour en savoir plus, il faudrait que j’aille à Budapest photocopier les lettres de Polanyi à Oszkár Jászi présentes dans les copies des archives de Jászi, et que je trouve quelqu’un pour m’aider à les comprendre. En attendant, ma lecture de l’œuvre foisonnante et étonnante de Steiner est en cours…

Publication originale : 29 octobre 2017 – dernière mise à jour : 7 septembre 2018.

Notes

  1. “Steiner had discovered the proper representation of the life of human societies: the relative independence of the function of the organism, and the necessity of the unity and harmony of these functions.” [Gyurgyák 2000, 320 – summing Polanyi]
  2. Dans une série de conférences, cependant, Steiner fait le distinguo entre Jésus et son enseignement, ce qu’il nomme le Jésusisme (pour ne pas faire la confusion avec le Jésuitisme de la Compagnie de Jésus) et qu’il oppose au Christianisme, vu comme une hérésie du premier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *