J’ai traité dans un autre billet des relations entre Oszkár Jászi et Karl Polanyi, et je voudrais ici détacher l’archive 37/10, constituée d’un tapuscrit en hongrois de 7 pages, appelé “Egy ‘antimarxista’ naplójából” (Tiré du journal d’un ‘antimarxiste’). Ce texte n’a malheureusement pas été traduit et ne maitrisant pas le hongrois, je ne sais pas ce qu’il contient vraiment. Il y a bien aussi dans l’archive, suivant le texte en hongrois, un manuscrit en anglais d’une page et deux lignes, mais il est quasiment indéchiffrable.

Je sais juste que Jászi, écrivait un texte de même facture anti-marxiste à Vienne, au début des années 1920, alors qu’il se retrouve presque voisin de Polanyi et qu’ils se fréquentent beaucoup [Litván 2006, 192+199]. Je sais aussi que j’ai des doutes sur la sincérité de Polanyi. D’une part parce qu’il parait avoir participé à des négociations pour le compte du régime communiste hongrois, ce pour quoi il aurait rencontré Mises en 1919, et que les conditions de cette rencontre, si elle a eu lieu, sont obscures, signifiant que Polanyi se soit impliqué plus fortement dans ce régime qu’on ne le croie, alors que son gouvernement est censé être le gouvernement radical du comte Károlyi, déchu alors. Sa capacité à rebondir d’un gouvernement à l’autre est étrange. D’autre part mais parce que A Twentieth-Century Prophet: Oscar Jászi. 1875-1957 [2006] de György Litván nous apprend que Jászi et l’ensemble du gouvernement radical en exil est surveillé par des espions de Horthy sans que Polanyi n’ait l’air d’être inquiété. Ce qui ne serait rien si le schéma ne se reproduisait pas aux Etats-Unis d’Amérique pendant le Maccarthysme, période durant laquelle l’immense majorité de ses collègues est touchée par la répression étatique et les enquêtes du Bureau Fédéral d’Investigations, alors que lui, pourtant assimilé socialiste1 et critique du capitalisme dans La grande transformation en 1944, n’a aucun problème autre que de devoir vivre au Canada, mais à cause de sa femme, pas de ses propres activités. Et surtout si on considère que l’amitié entre Polanyi et Jászi ne semble pas si forte dans les années 1950, Polanyi se détachant de Jászi2

A ce que je peux en voir, l’« anti-marxiste » dont il est question n’est pas Jászi, dont Polanyi ne parle pas dans le texte, ou du moins ne l’ai-je pas vu.

On note enfin que, d’après l’Institut Karl Polanyi, l’archive daterai de 1958, soit après la mort de Jászi, plus là pour le voir. L’archive est cependant trop courte pour pouvoir être une retranscription du « Anti-Marx » sur lequel Jászi travaillait au début des années 19203, admettant que Polanyi ait eu une copie donnée par son ami, ou qu’il se la soit procurée autrement. Rappelons que Polanyi possède dans ses archives la correspondance de Szabó sans qu’on sache pourquoi, tout comme Jászi possédait lui aussi des documents inédits du cousin de Polanyi sur lesquels il travaillait à l’hiver 1920 et durant les premiers jours de 1921 [Litván 2006, 199, 224-225].

Cela fait beaucoup de supputations et la traduction des textes de Polanyi en hongrois, enfin, permettrait d’en savoir plus sur certaines archives…

Bibliographie

LITVÁN György, [2006] A Twentieth-Century Prophet: Oscar Jászi. 1875-1957, tr. ang. Tim Wilkinson, Central European Budapest / University Press New Press, 535 p.

Photo d’entête : “Karl Marx & Friedrich Engels Monument Berlin 3D” par wim hoppenbrouwers

Notes

  1. Et peut-être même de mèche avec les communistes en 1919. []
  2. Comme il le fait de Felix Schafer, malgré les appels répétés du pied des époux Schafer pour participer au projet substantiviste, et de Felix pour continuer, en langue anglaise et à distance, leurs travaux de l’époque viennoise. []
  3. C’est-à-dire au moment où il fréquentait Karl Polanyi. Litván dit qu’il faisait, fin novembre 1919, « 200 pages de papier ministre » [Id., 199]. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *