Dans Mises, the last Knight of Liberalism [2007], de Jörg Guido Hülsmann, on peut lire ce passage (que je traduis pour l’occasion) :

A l’été 1919, Mises mena des négociations avec des représentants du nouveau – et qui allait s’avérer de courte durée – gouvernement communiste en Hongrie, concernant les droits de propriétés des citoyens autrichiens en Hongrie. Le chef de cette délégation hongroise était l’ambassadeur en Autriche, mais il ne prit que très rarement part aux réunions et les réels meneurs du côté hongrois furent plutôt un certain Dr. Görög et un certain Dr. Polanyi1. Görög était un bureaucrate pâle sans grand sens politique, mais Polanyi, qui avait un esprit brillant et était convaincu par le communisme, se heurta de nombreuses fois dans les réunions avec Mises, souvent dans de longues discussions de questions fondamentales en philosophie sociale.

P. 342-3 / emp. 4269

Il n’y a pas de doute que pour Jörg Guido Hülsmann, il s’agisse bien de Karl Polanyi puisqu’il ajoute dans une note attachée à ce passage, que cinq ans

plus tard, en février 1924, Karl Polanyi envoya à Mises son article “Sozialistische Rechnungslegung” qu’il avait publié dans les Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, 49 (1922), et demanda à Mises une copie [“offprint”] de sa critique de l’article2.3 Polanyi vivait alors dans le 7ème arrondissement (district) de Vienne. »

P. 1082 / emp. 14843

Du côté de Karl Polanyi c’est possible. Il se trouve bien à Vienne dès juin 1919, pour raison médicale4, et s’il a bien joué un petit rôle dans le gouvernement communiste en Hongrie, au sein du Commissariat Populaire de la Production Sociale, avant de partir, il est étonnant tout de même de le retrouver avec cette responsabilité à Vienne pendant l’été.

Toujours est-il que, si tel est le cas, le dialogue entre Polanyi et Mises commencerait donc en 1919, première personne avec qui Polanyi ait débattu à Vienne, avant de lui répondre en 1922 via sa “Sozialistische Rechnungslegung”. Il a alors continué, mais de manière tacite, de se quereller avec lui jusqu’à la fin des années 1950, puisque l’usage du terme « catallactique » des années 1947-53, ne peut pas ne pas cibler la philosophie de Mises…

Notes

  1. Cf. Archives Mises 74, p. 11 et s. [Note de J. G. H.]
  2. Parue en appendice de la deuxième édition de son Die Gemeinwirtschaft
  3. J’ai publié cette lettre Ludwig von Mises sur le Wiki Karl Polanyi, qui m’a été gentiment transmise par J. G. Hülsmann après un de ses passages à Auburn et qui a pris le temps de regarder dans les archives.
  4. C’est d’ailleurs Ozkar Jászi qui, par son intercession auprès d’Otto Bauer, alors ministre en Autriche, permet à Polanyi de se rendre à Vienne pour se soigner [Dale 2016, 60].

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.