Il est vrai que je suis peu présent sur ce site depuis quelques mois et que j’ai laissé sur le feu des billets sur David Graeber ou le paradigme vétérautrichien. Et ce, sans parler de la version anglaise sur laquelle je dois encore traduire de nombreux billets.

Thèse

A ma décharge, premièrement, je suis en pleine rédaction de ma thèse et celle-ci me mène à des domaines passionnants et prenants. Notamment pour comprendre la théorie polanyienne des « trois révélations » sur laquelle se clot La grande transformation, et qui vient comme reprendre à zéro le propos en le situant sur un horizon temporel plus large, non plus économico-politique, mais religieux. Presque comme si Les origines de notre temps1 s’arrêtait au chapitre 20, clôturant le propos sur le segment économico-politique de 1776-1945, et que le chapitre 21, « La liberté dans une société complexe », débutait déjà Liberté et Technologie, le projet des années 1956-1959. Comme si la grande transformation alchimique de l’humanité2 était seulement envisageable en 1944 et analysée dans les années 1950 (mais c’est à l’auteur “Foucault” qu’il revint de finaliser l’analyse) avant d’arriver dans les années 2020, avec une grande accélération dès les années 1960, juste lorsque Polanyi décédait.

Pour comprendre tout cela, je dois explorer et comprendre la vie et la pensée de Dimitrije Mitrinović, les théologies de Joachim de Fiore (et notamment sa théorie des trois âges du monde) et de Jakob Böhme3, puis (et donc) de Hegel, comprendre séparément l’a-théologie des penseurs dits ‘chrétiens’ qui, dans les années 1930, forgent l’esprit de Vatican II : Jacques Maritain, Esprit et Ordre Nouveau en France, John Macmurray, la Gauche chrétienne, Michael Polanyi et Karl Mannheim et leur groupe « la controverse » (“The Moot”), la religion œcuménique du Nouvel Ordre Mondial développé par H.G. Wells ou encore la nébuleuse de journaux ‘progressistes’ et fédéralistes publiés par A.R. Orage et Dimitrije Mitrinović en Grande-Bretagne. Plus les analyses et la pensée propre de Gregory Baum, qui se lia d’amitié avec Karl Polanyi au Canada, participa activement à Vatican II et fut le seul à analyser Polanyi dans une perspective religieuse, en 1993. Et qui sera après Felix Schafer (dont j’ai tapé la plupart des textes dans les archives depuis 2017) et Abraham Rotstein (dont il est question plus bas), le troisième pilier et hommes qui ont connu Polanyi de son vivant, sur lequel je fonderai mes analyses.

Les « Notes de fins de semaine »

Deuxièmement, j’ai terminé, à la mi-décembre, de taper l’entièreté des « Notes de fin de semaine » d’Abraham Rotstein. Cette tâche fastidieuse commencée en avril 2017, m’a pris énormément de temps, mais me servira à citer abondamment et précisément ce(s) document(s) dans la thèse, où l’ancien élève et le désormais collègue abordent de nombreux sujets le plus librement du monde, notamment religieux, reviennent sur les anciens écrits de Polanyi et détaillent leurs projets futurs, notamment le projet de livre Liberté et Technologie. Celui-ci est d’une triste actualité, de nos jours où la rhétorique anti-terroriste et anti-haine, la peur ressentie par un peuple affaibli par la télévision, la pornographie et une culture violente (notamment les odieux romans, séries, films policiers) permettent à une techno-élite mondiale débridée de faire avancer son agenda de société à la chinoise, son contrôle omniprésent, allié à un projet de véritable « société de marché » et de destruction de l’ordre naturel des sociétés4 qui promet sans doute la « grande transformation » dont Polanyi croyait voir la fin en 1944, voire l’obsolescence en 1947, et qui pointe seulement son nez. Je verrai si je désire organiser ce document, rajouter une préface et un appareil critique et le diffuser avec l’accord des ayants droits.

Revue de Philosophie Economique

Troisièmement, j’ai accepté la tâche de m’occuper du référencement et des sites Internet de la Revue de Philosophie Economique, afin de l’aider à passer un cap et jouer dans la cours des plus grandes revues, comme elle le mérite. Ce travail, lui aussi long, fastidieux et peu visible, doit être achevé à l’horizon de mars 2020 et les vingt ans de la revue initiée à Aix-en-Provence où je croisais Gilles Campagnolo, alors mon professeur dans le master de Philosophie économique, et mon directeur de mémoire.

carl-menger.fr

Enfin, et quatrièmement, je prépare un site francophone sur Carl Menger carl-menger.fr où je vais présenter l’auteur autrichien du début du 20ème siècle et son œuvre.

Entre 1957 et 1960, Karl Polanyi, redécouvrant Carl Menger, a lui aussi polémiqué avec Friedrich Hayek, concernant l’héritage intellectuel du père de l’école autrichienne, et notamment sur la question de la deuxième édition des Principes d’économie politique publiée de manière posthume par le fils de Carl Menger, en 1923, et que Hayek n’avait pas repris dans ses Gesammelte Werke, entre 1934 et 1936. J’évoque le sujet plus longuement dans « Karl Polanyi ou une branche substantiviste au sein de l’école autrichienne ? » ou « Karl Polanyi et l’intuition d’un paradigme vétérautrichien ».

Bref, si vous me cherchez ces prochaines semaines, vous savez où me trouver.

Photo d’entête : « Montre à gousset » par Sandrine Néel

Notes

  1. Le nom de l’édition anglaise parue chez Victor Gollancz.
  2. Celle dont parle Michel Foucault dans Les mots et les choses de 1966, qui termine là aussi sur la « mort de l’homme » : « l’homme est une invention dont l’archéologie de notre pensée montre aisément la date récente. Et peut-être la fin prochaine. » [Gallimard, Coll. Tel, 398] La fin de l’humanisme, depuis le 16ème siècle et le lent triomphe du gnosticisme sur le christianisme et le mosaïsme, était-il de porter en son sein ce qui allait contribuer à sa fin, l’avènement du surhomme au visage de silicium (pourvu qu’il ait seulement un visage encore cet ange démoniaque), effaçant d’un souffle millénaire son inutile géniteur et son « visage de sable » ?
  3. Donc la Kabbale, notamment le Sefer HaZohar et la pensée d’Isaac Louria.
  4. Avec l’infatigable travail des idiots utiles progressistes et de guerriers de la justice sociale, qui sont de toutes les erreurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *