En 1934, Karl Polanyi a écrit sept articles pour la revue New Britain. M’intéressant à cette revue pour savoir qui l’éditait et quelle ligne éditoriale elle suivait, je suis évidemment remonté au New Britain Movement, qui la publiait ; mais qui éditait aussi, entre 1933 et 1935, « plusieurs magasines comme New Albion, New Atlantic, The Eleventh Hour, New Britain Quarterly et New Britain Weekly »1.

Derrière cette nébuleuse de projets, il y a Dimitrije Mitrinović (1887-1953). Philosophe d’origine serbe bosniaque arrivé à London en 1914, il s’intéresse fortement à l’occultisme, a écrit dans le journal New Age (journal qui parut entre 1894 et 1938)2, est intellectuellement lié à G.B. Shaw et H.G. Wells – deux auteurs appréciés par Polanyi3 –, membre de la Fabian Society et Franc-maçon. Avant d’arriver à London, il avait étudié l’art à München et où il était devenu ami du peintre Wassily Kandinsky et d’autres membres du Blaue Reiter 4. Il a fondé le New Europe Group en 1931, lui-même lié à la Société Adler5 dont Mitrinović avait créé la branche anglaise en 1927.

Ce qui est constant chez ce personnage si étrange et si ‘prolifique’ à la fois (et dont la multiplicité des projets, avec la question de leur financement, est aussi en soi étonnante, comme pour Rudolf Steiner), c’est la mise en avant de tout ce qui est nouveau, et l’intégration du Christianisme dans une religion plus large où se croisent beaucoup d’éléments non-Chrétiens et notamment l’occultisme. Il y a ici un trait commun entre les différentes branches de la Franc-maçonnerie occidentale, qui prônent à la fois le progressisme, une religion syncrétique qui ‘gnosticise’ le Christianisme dans un grand syncrétisme œcuménique reprenant les symboles chrétiens pour les vider de leur sens et enfin la démocratie, tout ceci étant au service de l’avancée vers un Nouvel Ordre Mondial6. Mitrinović publie donc la synthèse parfaite de tout ce mouvement.

Concernant les liens de Dimitrije Mitrinović avec l’occultisme ou la magie, Marco Pasi écrit dans Aleister Crowley and the Temptation of Politics [2014], qu’un lien unit Mitrinović et le célèbre magicien anglais, Crowley :

‘the organization was pledged to a functional society, guilds, social credit, the welfare state, a European federation, Rudolf Steiner’s Threefold Commonwealth, and a restored Christianity. The movement rejected capitalism, but also communism and fascism, and belonged therefore to the galaxy of “third way” movements that were active in Europe in 1930s. And as it was often the case with these movements, the rejection of communism and fascism did not exclude an occasional flirting with either of the two, or even both at the same time. […] Crowley was in contact with Mitrinović (…). In Crowley’s diary from his stay in Berlin in 1930, reference is made to a meeting with Mitrinović. The two also had some friends in common, since Mitrinović collaborated closely with A. R. Orage (…) and contributed regularly to his journal New Age. [69]

Dans La Troisième Voie communautaire, 1930-2000 [2002, The Communautarian Third Way, 1930-2000, de John Hellman on peut lire :

In early 1933, (…) [Alexandre] Marc took on a Catholic spiritual director (as was common in those days), and soon encountered (…) Suzanne Jean, a disciple of the Serbian guru Dimitrije Mitrinović. Jean (…) has been teaching for four years in an experimental school in Bristol while involved with the New Britain Movement. In one of his oracular pronouncements, Mitrinović – while in a deep meditative state – had told the young woman: “I think Marc, I live Marc, I breathe Marc”, and sent her off to the offices of Esprit in Paris to find the prophetic young man. Suzanne found Marc under Mounier, told of the message she had received from “nôtre maître spirituel”, and was taken along, for a first date, not to a romantic café in the Latin Quartier but to the founding meeting of the Third Force. Mlle Jean remembered that she was touched by Marc’s idealism and dedication, so close to the spiritual revolution of the New Britain movement.

By 1933, Esprit attracted other New Britain people for its self-assured way of representing the younger generation, but Mounier and his Esprit comrades were worried about the Nietzschean dimension of Ordre Nouveau’s personalism. [67]

Ainsi, la question reste posée de savoir comment Mitrinović se finançait ou quels furent ses liens avec John Macmurray et la nébuleuse des chrétiens de Gauche à laquelle participait Polanyi à London.

Plus généralement, ce sont les liens exacts entre le socialisme de guilde, l’occultisme et les chrétiens de Gauche, qui m’interrogent, puisqu’on a l’impression qu’en tirant sur le fil de l’un on trouve vite les autres. Seul Robert Owen, par exemple, la grande figure tutélaire de Polanyi depuis La grande transformation, n’est que socialiste de guilde et chrétien, sans que je n’aie jamais rien lu le concernant attestant d’une appartenance à une société occulte où il aurait développé une forme de gnosticisme ou d’ésotérisme. Mais Rudolf Steiner est ‘chrétien’ (du moins sa religion donne une place centrale à Jésus), tend vers le socialisme de guilde7 et occultiste. Sans parler de la Fabian Society, où et autour de qui, on croise des occultistes (notamment la Société Théosophique), le socialisme de guilde, les ‘Chrétiens’ de Gauche, et qui est derrière la London School of Economics ou le Balliol College, où ont été formés beaucoup des gens qui formeront le nouveau groupe social public avec qui Polanyi sera actif, et avec qui il publie Christianity and the Social Revolution en 1935.

Bibliographie

COSTELLO John E., [2002] John Macmurray. A Biography, UK, Floris Books, 423 p.
RIGBY Andrew, [2006] Dimitrije Mitrinović, A Biography, téléchargeable sur Academia.edu : https://www.academia.edu/26467495/Dimitrije_Mitrinovic_-_a_Biography_2006_ [Dernière consultation, le 28.09.2017]

Notes

  1. BURGHAM Emma, [2015] “Funding the Revolution: Money and the New Britain Movement” ; https://eleventhhourarchive.wordpress.com/2015/03/04/funding-the-revolution-money-and-the-new-britain-movement/ [dernière consultation le 20/09/2017]
  2. Le journal était lié au mouvement des socialistes chrétiens, financé par G.B. Shaw, proche des époux Webb et de la Fabian Society avant d’être repris par Alfred Richard Orage, qui le fit évoluer vers l’occultisme. Orage vendit le journal en 1922 pour aller en France travailler avec le maître spirituel George I. Gurdjieff.
  3. Sur l’importance de Shaw pour Polanyi, cf. l’article qu’il lui consacre dans les années 1940 [1940sa] dans le Leeds Weekly Citizen (dirigé par son ami Kenneth Muir) et les “Weekend Notes”, IV, XII, XVII, XXI, XXII, XXIII et XXIV d’Abraham Rotstein, soit sept subdivisions qui lui sont consacrées. Polanyi aurait déjà parlé de lui en 1907 dans son premier article publié connu [WN IV, AKP 45/05, 6]. Sur H. G. Wells, cf. les deux articles qu’il lui consacre, en hongrois, à Wien, dans le Bécsi Magyar Újság [1922h et 1923i].
  4. PASI Marco, [2014] Aleister Crowley and the Temptation of Politics, Londres, Acumen, 69. Cf. aussi l’entrée Dimitrije Mitrinović de l’Oxford Dictionary of National Biography rédigée par Andrew Rigby.
  5. Ibid. Il s’agit d’Alfred Adler et non de Victor ou de Max. Polanyi et Abraham Rotstein discutent du psychanalyste en 1956, comme le rapporte ce dernier dans le “Weekend Notes XIII” de juillet 1957 [AKP 45/09, 54].
  6. Le terme apparait la première fois chez H.G. Wells dans un livre de 1940, auteur qu’on sait par ailleurs très important pour Polanyi
  7. C’est d’ailleurs la conclusion de Polanyi dans son article de 1934.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *